Une semaine de décembre – séminaires et discussions

Ce premier billet marque l’entrée dans une nouvelle année et sera à l’image de mes débuts de  doctorante, une balade de séminaires en colloques et de rencontres en discussions. En effet pour se lancer dans la thèse il faut en premier lieu réunir ses esprits – et tout son courage – pour faire germer les idées semées lors de l’écriture du projet de thèse et quoi de mieux pour cela que d’écouter d’autres chercheurs parler de leurs sujets de recherche. La semaine du 13 décembre dernier a justement été riche en événements autour du design et du numérique, les sujets qui m’habitent. Je vous propose ici une synthèse de quatre séminaires qui ont eu lieu aux quatre coins de Paris entre le 13 et le 18 décembre 2015. L’occasion donc de parler de données, de représentation, de narration, d’expérience et de faire un premier point sur mes orientations de recherche.

Les 4 événements dont il sera question :

Les Données
Pour commencer et parce qu’elles sont au centre de mes préoccupations, nous allons parler données. Tantôt appelées data puis données numériques, elles font parfois peur, nous ne les comprenons pas ou elles nous semblent un concept flou, et pourtant tout le monde en parle. Mais finalement qu’est-ce qu’une donnée ?
Nous retiendrons comme première définition, que la donnée est une description élémentaire d’une réalité – d’un fait ou d’une action – enregistré par une machine. Dans notre environnement numérique elles représentent toutes les traces que nous laissons sur le web, dans nos ordinateurs, dans nos téléphones… Mais pour réellement créer de l’information elles ne doivent pas seulement être captées et conservées, elles doivent aussi être classées, traitées et analysées. Ainsi elles produisent de l’information sur nous, nos habitudes et nos préférences, et par effet de masse forment la base de ce que nous appelons Big Data. Une donnée seule n’a donc que peu d’intérêt, des données non traitées sont, elles, inutilisables, mais alors pourquoi sont-elles au cœur des débats ? Comme le rappelait Dominique Cardon, sociologue, lors de sa présentation aux Rencontres Passeurs d’images ce rapport aux données est d’emblée paradoxal car si une partie de celles-ci sont collectées à notre insu et donc de façon implicite – cookies, navigation, clics.. – une autre l’est de façon explicite et découle de notre volonté – les comptes Facebook en sont une preuve. Autrement dit nous avons peur de laisser une trace qui en dise trop de nous tout en voulant marquer et enregistrer notre passage sur le web. Et insidieusement ce rapport ambigu et cette peur que nous entretenons face à cette matière floue et impalpable nous détourne d’une question tout aussi importante, celle de l’usage des données numériques. Ne manquerions-nous pas plutôt d’outils pour les représenter – se les représenter – et ainsi les rendre plus accessibles ? D. Cardon fait d’ailleurs de l’organisation et de la représentation des conditions indispensables pour comprendre ces données mais aussi pour « faire société », exister comme un groupe. Nous retiendrons ici l’importance de catégoriser, classer et cartographier celles-ci afin de leur donner du sens.
Lors des Entretiens du Nouveau Monde Industriel la question de l’organisation des données revenue à plusieurs reprises et sous différentes formes confirme l’importance de cet aspect du traitement des données. C’était notamment le cas de l’intervention de Guiseppe Longo, mathématicien, qui développait avec un point de vue original, celui de la discrétion, un parallèle entre la création de données et la création de connaissances. Autour des notions d’aléatoire, de continuité et de discrétion, il nous invitait à réfléchir à la collection et à l’organisation des jeux de données, comme moyens de leur re-donner du sens. Christian Fauré, historien, un peu plus tard présentait la Blockchain et à cette occasion imaginait les futurs opportunités d’une base de donnée transparente – où l’on voit toutes les transactions effectuées sur un réseau – et surtout complétement symétrique – où tout le monde voit la même chose – ce qui est aujourd’hui rendu impossible par le profiling et la personnalisation. Enfin Yuk Hui, chercheur, s’est penché sur la question en l’abordant par l’angle du groupe et en posant la question suivante ; si le web est une organisation sociale peut on y être représenté en tant que groupe ? Il a ainsi présenté un travail de recherche réalisé à l’IRI, “Social Web“, sur les interactions d’un réseau social de groupe. Il reformule ainsi la question soulevée par D.Cardon, et si le web s’attachait à révéler l’histoire du groupe plutôt que celle d’un individu ?, revenant ainsi à l’objectif de “faire société“ en replaçant nos parcours numériques dans une histoire collective.
Dans ce contexte de réflexion sur l’accessibilité des données la question de ces modes de représentation a été évoquée à de nombreuses reprises et je retiendrais l’intervention de Samuel Huron lors du séminaire L’humain au défi du numérique. Celui-ci s’est attaché à redéfinir certains termes clés, notamment la représentation, et à présenter sa thèse “Constructive Visualization: A token-based paradigm allowing to assemble dynamic visual representation for non-experts“. L’importance de représenter pour comprendre, surtout une matière « abstraite et imperceptible » que sont les données, a été de nouveau mise en lumière et S.Huron proposait de travailler sur les outils de représentation jugés complexes et experts et donc inaccessibles. Les trois exemples présentés sont à explorer pour approfondir cette question.
  • Constructive Visualization : Expérimentation où un groupe de personnes non-expertes représente un dataset chiffré à l’aide de jetons colorés.
  • Data sketching : Expérimentation où l’on demande à un groupe de dessiner un jeu de données et où l’on regarde ce qu’ils apprennent.
Les Traces
A travers cette première découverte des données une question retient particulièrement mon attention; comment faire comprendre l’histoire d’un ensemble de données qui forme une trace, un parcours et donne une direction à nos actions – passées ou futures – ? L’intervention de D.Cardon, lors des Rencontres passeurs d’images, sur le passage du Plan à la Carte permet d’illustrer ce qu’il évoque comme la disparition de l’action planifiée au profit d’une ouverture vers des opportunités d’actions. Cette crise du plan semble effacer les intentions pour laisser place aux traces et dans le même temps annoncer le règne de la prédiction. Ainsi récolter nos données permettrait de prédire ce que nous ferons, achèterons, aimerons, grâce à une comparaison avec un ensemble de profils similaires au nôtre, autrement dit : qui laisse la même trace que la nôtre. En effet les prédictions se basent sur nos comportements et non pas sur ce que nous présentons de nous (utilisant la nuance entre ce que nous faisons et ce que nous déclarons faire), elles projettent nos actions futures en nous comparant à des personnes « comme nous ». Ce phénomène est très clairement illustré par les systèmes de recommandations (présent chez Amazon bien sur, mais aussi chez Pinterest, Facebook ou Google) qui nous poussent à reproduire l’acte d’achat – ou de lecture – de profils similaires. On voit alors disparaitre la nécessité de créer des modèles, chers à l’analyse scientifique comme le souligne G.Longo, au profit d’un formatage de pensées (destiné à donner raison aux algorithmes prédictifs…). Le site Spurious Correlations démontre ce phénomène par l’absurde, en associant des phénomènes sans liens mais possédant la même courbe d’évolution et en confirmant ainsi que corrélation et causalité sont deux choses qui ne produisent pas les mêmes logiques.
Forts d’avoir démasqué le piège de la prédiction nous pouvons nous avancer à faire quelques propositions pour réinventer un autre modèle. Ainsi le traitement des données et leurs représentations devraient nous permettre de prendre conscience de notre historicité et donc nous raconter ces histoires que nos traces inventent. L’enjeu serait alors de replacer les histoires individuelles au sein d’une histoire collective afin de « dé-zoomer » (D.Cardon) et de décrypter nos “habitus“ (Bourdieu) qui intéressent tant les acteurs du net. La narration trouve dans ce contexte un écho particulier et de nombreux projets présentés lors du séminaire ENMI pourraient être une inspiration pour penser des projets autour des données. En effet utiliser une trame narrative pour re-créer une histoire de données, permettrait de leur donner un contexte, un sens, une temporalité et nous offrirait l’opportunité de nous y projeter pour les apprendre et les comprendre.
  • Boris Razon est écrivain et il travaille pour France TV aux Nouvelles Ecritures. Les processus collectif de rédaction et de création sont au coeur de ses projets. Parmi les travaux évoqués nous retiendrons « Viols, les voix du silence », une plateforme regroupant des témoignages, « Génération poids », 3 documentaires et un questionnaire d’enquête sociologique, « The ennemi », projet en réalité augmentée sur les aspirations de deux soldats de camps opposés.
  • Fanny Chevalier est chercheuse à l’INRIA, laboratoire de Mjolnir à Lille. Elle a travaillé sur la visualisation de l’évolution de la construction d’un texte wikipédia (avec une timeline).
L’Expérience
Pour continuer et conclure cette excursion je m’arrêterai sur la notion d’expérience, abordée sous différents points de vue lors de ces quelques jours de décembre. Si l’expérience est un fait vécu qui nous permet de développer la connaissance des êtres et des choses, par leur pratique, elle parait alors une mise en condition intéressante pour comprendre les données, problématique qui nous habite depuis le début de notre lecture, et s’articule assez bien avec la question de la narration évoquée plus haut. Quelques projets présentés lors des Rencontres Passeurs d’images m’ont paru illustrer l’idée de « faire l’expérience de“, notamment par l’immersion, et dressent eux aussi un panorama intéressant pour construire des projets data.
  • Simon Bouisson est réalisateur de films interactifs (allant du documentaire à la fiction). Il nous a présenté quelques uns de ses projets traitant la narration et l’expérience du spectateur de façon originale ; “Les communes de Paris“ documentaire sur les déplacements de parisiens, “Jour de vote“ qui nous propose de nous glisser dans la peau d’un député, “Stain beau pays“ un film sans début ni fin sur des jeunes de la ville de Stain, “WEI OR DIE“ une fiction enquête sur un week end d’intégration qui tourne mal.
  • Ulrich Fischer est plasticien. Son application “Walking the edit“ génère un film propre à chaque parcours dans la ville grâce à un ensemble de vidéos géolocalisées. Un algorithme choisi les fragments de film en fonction du parcours (lieu, vitesse, déplacement).
  • Antoine Schmitt est plasticien. Son installation participative, “City light Orchestra“, voyage de villes en villes et propose à chacun de créer une œuvre le temps d’une soirée en transformant sa fenêtre – grâce à la lumière d’un écran d’ordinateur – en un pixel qui pulse au rythme d’une symphonie (imaginaire).
  • Julien Nonnon est artiste et fondateur du studio Le3. Il propose des interventions de street art éphémères et parfois en mouvement grâce à la technique du mapping. Safari Urbain nous raconte de nouvelles histoires de villes.
La dernière intervention que j’évoquerais est celle de Baldine Saint Girons sur l’expérience esthétique. Son point de vue apportait un éclairage singulier au thème du séminaire Muséographie et attention “L’expérience esthétique. La crise de l’accès cognitif à l’objet d’art.“ . Sans essayer de résumer son exposé, qui s’en trouverait ici réduit, je retiendrais pour étudier cette notion d’expérience, quelques unes de ses idées ; la nécessité d’un choc dans l’expérience esthétique, la confrontation des termes esthétique/artistique et esthétique/sensible, l’importance de la symbolique et aussi de la médiation, le besoin de comprendre pour dépasser enfin le choc.
Pour conclure cette synthèse de quelques jours d’écoute je noterais ces questions à creuser pour développer mon hypothèse de travail ; Comment organiser les données pour les rendre accessibles ?Comment pousser plus loin les façons de représenter les données et proposer de nouvelles expériences autour ces dernières ? Comment dépasser la carte et raconter une histoire avec nos traces numériques ? Comment définir l’expérience, la qualifier et l’étudier ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *