Fin de première année – Comité de thèse

Le mois de juin est le mois de tous les examens et je n’y échappe pas cette année puisque l’école doctorale a demandé à ce que tous les doctorants passent un comité de thèse, habituellement réservé au passage de la deuxième vers la troisième année. C’est donc l’occasion de faire une première synthèse de mon travail, dont je vous présente ici le texte intégral.

Sujet et contexte –

Les données numériques – ou data – sont plus que jamais au cœur de nos quotidiens et de nos préoccupations. Qu’il s’agisse de big data, de données personnelles ou issues du quantified self, chacun envisage et questionne un futur où le nombre de ces données sera croissant. Lorsqu’on les évoque il nous arrive un ensemble flou d’images, de suite de chiffre inintelligible et de flux colorés qui semblent nous traverser sans nous atteindre. Entre incompréhension et indifférence, les enjeux soulevés par cette déferlante de données numériques paraissent alors se jouer loin de nous. Pourtant nous sommes tous à notre manière les auteurs de cet amoncellement, par le biais de nos applications mobiles, de nos déplacements urbains ou de nos navigations sur internet avec lesquelles nous créons cette nouvelle matière numérique. Chaque pas, chaque like ou chaque clic peut ainsi se trouver enregistré et jour après jour écrire nos histoires individuelles et collectives. De ce point de vue nous sommes donc tous auteurs, et responsables, de l’usage de ces données et il nous incombe de les comprendre et de les interroger. Depuis leur création jusqu’à leur (re)présentation, ou restitution, elles peuvent devenir une matière à penser et à créer des outils pour voir le monde et créer de nouvelles connaissances.

Dans cette optique, la maitrise de la mise en forme des données – algorithmiques autant que visuelles – est un enjeu majeur. En effet en tant que tel les données n’ont pas de sens et ce sont ces mises en forme qui permettront leur traitement et leur transformation en information, source de connaissances. Ici il n’est donc plus seulement question d’amoncellement de chiffres mais bien de notre façon de faire les faire parler, à travers les modes de calculs utilisés ou la forme employée pour agréger une base de donnée constituée, par exemple, sur le logiciel Excell. Pourtant les infographies, cartographies et autres datavisualization, sont à ce point communes aujourd’hui qu’elles nous semblent être des outils universels et que leur emploi tend à devenir la norme. Alors que ces modes de représentations ont infiltré notre quotidien, il est intéressant de les interroger et de voir plus loin pour en faire des outils réellement pédagogiques qui nous permettent de décrypter le monde qui nous entoure et de nous redonner les moyens d’en être acteur.

Dépasser la représentation visuelle et schématique des données pour aller vers des formes sensibles est un moyen à explorer afin de les rendre accessibles et de proposer des modes de présentation plus immédiats pour le grand public. Pour étudier ces interactions entre le monde sensible et celui de l’informatique, l’approche du design donne la possibilité d’observer tout en créant des dispositifs expérimentables. Ici le design des données, que nous désignerons ici par l’expérience sensible des données numériques, ouvre un champ de recherche, d’exploration et de matérialisation des données permettant de créer des objets (représentation visuelle, matérielle, sonore, etc…) afin que chacun puisse percevoir et penser les données issues de l’activité numérique. On cherchera ainsi à rendre les données numériques compréhensibles et intelligibles en utilisant la capacité qu’ont les représentations, non pas analytiques, mais sensibles à nous toucher, à provoquer une émotion, une connaissance, une acceptation ou une compréhension. On étudiera ainsi les leviers de cette expérience et les conditions de sa mise en œuvre. Il s’agira de parvenir à transformer cette matière numérique en quelque chose d’accessible, en créant des visualisations, des objets-data, des matérialisations et des installations qui mettent en scène et en forme la donnée.

L’objectif de cette thèse est d’apporter des éléments pour comprendre les nouveaux usages numériques et mieux anticiper les besoins qu’ils génèrent, en s’inscrivant dans le domaine de la perception des données numériques. L’approche du design, en faisant de la donnée une matière première au même titre que le bois ou le métal, pourra créer de nouvelles expériences, de nouveaux services, de nouvelles interactions et surtout de nouvelles émotions et réflexions. Il s’agira d’initier et de développer une réflexion de fond qui pourra s’ancrer sur les questions suivantes :

– Quels sont les effets de la matérialisation des données sur nos comportements d’usage vis-à-vis de ces dernières ?

– Quels sont les effets de la mise en forme – sensible, esthétique, algorithmique ou physique – des données ? Facilite-t-elle l’appréhension et la perception du monde numérique ?

– Quels sont les leviers de transformation des data en objet tangible ? Et quelles sont les émotions, réflexions et usages que ces objets peuvent générer ?

Questions de recherche et premières lectures –

Les données numériques, pensées comme des objets à ressentir et à comprendre, invitent à problématiser le sujet sous une première forme, entre pédagogie et matérialisation ; Comment rendre un ensemble de données accessible, compréhensible et/ou manipulable ?

Cette question nous engage à envisager la part sensible des données et à enquêter sur les expériences que l’on peut faire des leurs mises en forme. On formulera alors l’hypothèse que faire l’expérience des données nous permet de mieux les appréhender, les comprendre et/ou les manipuler. Afin d’explorer le champ ouvert par cette question différents outils méthodologiques ont été mis en place durant les premiers mois de la thèse, naviguant en parallèle entre état de l’art et étude de terrains concrets.

Cartographie Théorique

Dans un domaine de recherche encore jeune il est difficile de délimiter les bornes d’un état de l’art suffisamment vaste et tout de même pertinent. Dans le cas de la représentation des données de nombreuses disciplines peuvent être invoquées – de l’esthétique à l’interaction humain-machine en passant par la sociologie – et la première étape a été de tracer de grandes thématiques permettant de classer les articles, essais ou dossiers s’y référant. Pour ouvrir le champ des possibles ce ne sont pas les disciplines qui ont été choisi pour définir les thèmes, mais une typologie personnelle qui cherche à confronter entre elles les différentes approches ; Les Formes – Les Expériences sensibles – La Réception d’un dispositif – Les Données intimes – La Perception – Les Mythes du numérique – La Représentation des données – La Création de connaissances.

Cartographie théorique - bibliographique

Ces thèmes ouvrent de nombreuses possibilités de lectures et doivent être vus comme les frontières du sujet et non comme l’ensemble des idées à approfondir. Ils ont permis d’impulser une première dynamique et de commencer à décortiquer le sujet. La notion d’expérience a d’emblée été la plus problématique ; Comment la définir ? Doit-on considérer toutes les expériences ? Est-elle sensible, esthétique ou artistique ? De plus peut-on étudier, qualifier ou mesurer cette expérience ? Des auteurs comme John Dewey, ou plus récemment Jean-Marie Schaeffer, bien que se concentrant sur la notion d’expérience esthétique, apportent des définitions et tracent les contours de ce que peut être une expérience. Ces lectures amènent à se plonger dans une réflexion philosophique qui demanderait à être traité à part entière et s’éloigne pour l’instant des données et de leur appréhension. Un certain nombre d’articles scientifiques, notamment publiés lors des conférences CHI[1], traitent de la réception des œuvres numériques – interactives ou participatives -, et constituent une autre piste permettant d’étudier l’expérience selon une approche différente. Ici le regardeur est observé et ses réactions nous renseignent sur les mécanismes d’appropriation de ces œuvres numériques. Après ces quelques lectures il semble que l’approche bibliographique ne soit pas suffisante pour entrer véritablement dans le sujet de la représentation des données et ne permet pas de brosser un état des lieux suffisant sur cette question, restant souvent à la périphérie du sujet.

Afin de se recentrer sur la représentation, un état de l’art des projets data-sensible a été commencé, permettant de situer les différentes méthodes de création de visualisations – ou matérialisations – de données. À travers une cartographie de ces approches il apparait que nombre d’artistes, de designers ou de scientifiques abordent ces questions par l’angle du projet, où les données deviennent un matériau à transformer ou un médium pour raconter des histoires. On retiendra ici le travail de Laurie Frick qui propose de réinvestir nos données et d’en faire des œuvres d’arts, à l’image de ce slogan pioché sur son site internet « FRICKbits: Take back your data and turn it into art! » [2]. Le projet DearData[3], de Giorgia Lupi et Stefanie Posavec, propose une correspondance d’une année entre deux amies, qui créent chaque semaine un nouveau jeu de donnée et l’illustrent à la main. Passant du nombre de “goodbye“ aux aliments consommés elles tracent à leur manière de nouveaux portraits intimes et publics et nous interrogent sur ce que les données peuvent raconter de nous. Cette étude du matériau artistique n’exclue pas de s’intéresser aux initiatives des designers pour représenter les données, comme l’a fait Timo Arnal, avec sa thèse Making Visible[4], où il conçoit des dispositifs techniques permettant de rendre visible des ondes invisibles à l’œil nu, comme celle du wifi. Les recherches de l’équipe Aviz[5], de l’INRIA, en réunissant chercheurs en informatique et en design, exposent une démarche plus proche de la recherche-action et étudient nos façons de créer ou de s’approprier des outils de visualisation de données. Ces quelques exemples permettent d’illustrer la pluralité des approches et d’affirmer que la recherche autour de la représentation des données est un dialogue entre laboratoires et ateliers, autrement dit entre chercheurs et créateurs.

Cartographie Théorique - Projets

Le dernier outil mobilisé pour tracer les contours de l’état de l’art est une analyse des projets réalisés en interne – chez Sense, entité de recherche d’Orange Labs – dont l’étude constitue le terrain privilégié de la thèse. Ainsi les projets terminés comme les projets à venir offrent la possibilité d’expérimenter de nouveaux dispositifs d’objets-data, et d’étudier les façons dont nous les percevons et les manipulons. Ces projets sont donc pensé de manière à ce que différentes formes de matérialisations soient explorées – dynamique et sonore, cinétique ou sous la forme d’échantillons de matière à manipuler – et qu’en parallèle différents modes d’exposition soient proposés au public – installation monumentale ou dispositif expérimentable.

En conclusion –

Ces premières analyses, et la difficulté à trouver la bonne focale dans un corpus trop étendu, ont mis en lumière que la première question posée était trop vaste. Elles ont, de plus, mis en avant le manque d’ancrage des lectures dans le champ de la mise en forme – terme que l’on privilégiera à celui de représentation, moins large. Ainsi de nouvelles recherches seront menées sur les formes de représentations de données classiques et leurs impacts, ainsi que sur les matérialisations déjà testées, dans le domaine de la data physicalization par exemple.

Tout en restant dans la continuité des recherches sur le sujet, cela permettra de faire émerger la spécificité de la démarche de design des données que nous souhaitons mener à travers cette thèse. En effet dans les projets et recherches étudiés le design est utilisé afin de donner une forme – visuelle le plus souvent – à un jeu de données mais il semble que le design comme moteur de transformation de la matière que constitue les données – de leur captation à leur présentation – n’ai pas encore été interrogé.

Ainsi sans perdre de vue l’aspect sensible de la recherche où l’on s’interroge sur les rôles que peuvent peuvent avoir les sens, l’émotion, la matérialité, la narration dans la compréhension des données, il serait intéressant d’ouvrir la question sur les données comme matière. Le processus de mise en forme commencerait alors plus en amont avec la prise en compte de la phase de collecte, porteuse elle aussi de sens – et peut-être de sensible. En effet pour nous parler, les données ne doivent-elles pas commencer par être parlantes ? On pourra alors s’atteler à préciser le type de données dont il est question et la façon dont elles créent des saillances qui accrochent notre œil autant que notre esprit. L’enjeu de cette recherche sera donc bien de révéler la part sensible que peuvent avoir les données, mais aussi de nous y reconnecter, pour qu’enfin nous n’y soyons plus indifférents et que nous ayons quelque chose à cacher[6].

Bibliographie –

Agamben, G., & Rueff, M. (2014). Qu’est-ce qu’un dispositif ? Paris: Payot & Rivages.

Arnall, T. (2013). Making visible: mediating the material of emerging technology (Thèse de doctorat).

Dewey, J. (2010). L’art comme expérience. (J.-P. Cometti, Trad.). Paris: Gallimard.

Levillain, F., Zibetti, E., & Lefort, S. (2015). Moving on its own: How do audience interacts with an autonomous moving artwork. CHI 2015.

Goc, M. L., Dragicevic, P., Huron, S., & Fekete, J.-D. (2015). Design Considerations for Composite Physical Visualizations. Présenté à Proceedings of the CHI Workshop on Exploring the Challenges of Making Data Physical. Consulté à l’adresse /hal-01138024/document

Huron, S., Jansen, Y., & Carpendale, S. (2014). Constructing Visual Representations: Investigating the Use of Tangible Tokens. IEEE Transactions on Visualization and Computer Graphics, 20(12), 2102‑2111. http://doi.org/10.1109/TVCG.2014.2346292

Guillaud, H. (s. d.-a). La mise en chiffre de soi (1/2) : qui sont ceux qui se mesurent ? Consulté à l’adresse http://www.internetactu.net/2013/05/22/la-mise-en-chiffre-de-soi-12-qui-sont-ceux-qui-se-mesurent/

Guillaud, H. (s. d.-b). La mise en chiffre de soi (2/2) : les chiffres ne savent pas toujours répondre. Consulté à l’adresse http://www.internetactu.net/2013/06/11/la-mise-en-chiffres-de-soi-22-les-chiffres-ne-savent-pas-toujours-repondre/

Schaeffer, J.-M. (2015). L’expérience esthétique. Paris : Gallimard.

Zouinar, M., & Bationo-Tillon, A. (2012). Le public en action : analyse ergonomique de la découverte d´une œuvre d´art numérique interactive. Dans J.-P. Fourmentraux (dir.) L’Ère post-média Humanités digitales et Cultures numériques (pp. 181‑201). Paris : Editions Hermann, Coll. Cultures Numériques.

Enregistrer

Enregistrer


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *