DRS2018, 5 continents, 34 pays, 21 langues, 615 personnes.

Lieu de rencontre et d’échange, les conférences internationales sont une possibilité pour chaque participant de s’envisager comme une communauté. L’unité spatiale et temporelle crée une synergie, amplifiée par la possibilité de se comparer et de se positionner au sein d’un collectif. La conférence DRS2018[1], regroupant la communauté de recherche en design en est un bon exemple. C’est à partir de cette expérience et autour de la question de la diversité que cette série de photographies est née.

Continuer la lecture de DRS2018, 5 continents, 34 pays, 21 langues, 615 personnes.

Prendre en main ses données

Par l’utilisation de nos applications de smartphone ou par nos navigations internet, nous sommes tous à notre manière co-auteurs d’un amoncellement de données numériques. Ainsi, tous nos pas, nos clics ou nos likes sont susceptibles d’être enregistrés, stockés puis traités pour tracer jour après jour nos histoires numériques, individuelles ou collectives.

À la croisée d’une démarche de recherche en sciences humaines et d’une approche design, notre travail porte sur les moyens de rendre perceptible cet ensemble hétérogène de traces [1] pour révéler nos usages et prendre conscience de leurs évolutions à l’heure du numérique. À travers quatre exemples, cet article montre comment, en utilisant les outils du designer, nous cherchons à rendre ces données concrètes pour permettre à l’utilisateur de ressentir, d’agir ou de réagir face à cette nouvelle matière.

Continuer la lecture de Prendre en main ses données

Fin de première année – Comité de thèse

Le mois de juin est le mois de tous les examens et je n’y échappe pas cette année puisque l’école doctorale a demandé à ce que tous les doctorants passent un comité de thèse, habituellement réservé au passage de la deuxième vers la troisième année. C’est donc l’occasion de faire une première synthèse de mon travail, dont je vous présente ici le texte intégral.

Continuer la lecture de Fin de première année – Comité de thèse

Quelques jours d’avril – colloque ECRiDiL

En avril, j’ai eu l’occasion de participer au colloque ECRiDiL, organisé par mon laboratoire – le laboratoire Projekt de l’Université de Nîmes. Bien que le thème – design et innovation dans la chaîne du livre – ne soit pas directement lié à mon sujet de recherche, j’ai pu découvrir un événement universitaire de l’intérieur et participer à ma façon en animant le fil Twitter de ces journées.

Pour retrouver les moments forts de ces rencontres vous pouvez lire le storify réalisé pour l’occasion, bonne lecture !

Une thèse en image – Instagram

Faire une thèse en design c’est aussi partir à la découverte de nouveaux outils pour documenter, retracer, raconter un parcours de chercheur. Dans cette optique et parce que l’image est un médium qui me parle j’ai commencé à récolter des images, sensations, souvenirs de ma thèse sur instagram.

Vous pouvez me suivre sur ce compte @rose_phd, le #PhD retrace plus particulièrement mes aventures de doctorante …

 

Une semaine de décembre – séminaires et discussions

Ce premier billet marque l’entrée dans une nouvelle année et sera à l’image de mes débuts de  doctorante, une balade de séminaires en colloques et de rencontres en discussions. En effet pour se lancer dans la thèse il faut en premier lieu réunir ses esprits – et tout son courage – pour faire germer les idées semées lors de l’écriture du projet de thèse et quoi de mieux pour cela que d’écouter d’autres chercheurs parler de leurs sujets de recherche. La semaine du 13 décembre dernier a justement été riche en événements autour du design et du numérique, les sujets qui m’habitent. Je vous propose ici une synthèse de quatre séminaires qui ont eu lieu aux quatre coins de Paris entre le 13 et le 18 décembre 2015. L’occasion donc de parler de données, de représentation, de narration, d’expérience et de faire un premier point sur mes orientations de recherche.

Sensibles données – Présentation

Récemment diplômée en design de produit et d’interaction je commence une thèse en – et par – le design sur notre perception sensible des données. Son intitulé est le suivant : « Comprendre les enjeux de la représentation pour une perception sensible des données numériques ». Il sera donc question de nos façons de représenter les données, mais surtout des expériences sensibles et esthétiques que l’on peut faire des données afin de mieux les comprendre et se les approprier. Ce carnet me permettra de relater mon expérience de thèse tout en partageant mes hypothèses de travail et en présentant les projets qui jalonneront mon parcours. Il sera un journal de bord de ma démarche de doctorante.